Zap!Re

Florilèges, Nathalie Bassire dénonce le gâchis de la manifestation


Rédigé le Jeudi 19 Octobre 2017 à 15:54 | Lu 3497 fois | 0 commentaire(s)



LA MAUVAISE RECETTE DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL :

Pour bien gâcher une manifestation festive à caractère économique :

- ne pas revenir à la gratuité d'accès des espaces forains et horticoles pour le grand public, et ainsi
émincer le pouvoir d'achat des ménages réunionnais afin de dissuader les familles de venir et de
revenir malgré les vacances scolaires (les tarifs d'entrée représentant par ailleurs un budget non
négligeable qui ne sera pas dépensé, par ceux qui viennent, au profit des petits commerçants,
exposants et forains) ;

- augmenter de manière insupportable, en comparaison des tarifs pratiqués par d'autres communes
réunionnaises, les redevances d'occupation du domaine public payées par les exposants,
horticulteurs et forains, et laisser ainsi réduire à petit feu leurs bénéfices et rentabilité pendant les
10 jours d'une manifestation ;

- ajouter un renforcement des embouteillages, notamment aux heures de pointe, en compliquant
fortement un plan de circulation déjà peu adapté en temps normal, par la fermeture d'axes
communaux supplémentaires dans l'hyper-centre de la ville ;

- saupoudrer le tout d'un coûteux plan de communication de type « poudre de perlimpinpin », valant
enfumage, aux frais exclusifs du contribuable pour des dizaines de milliers d'euros ;

- compléter d'une poignée d'amertume en organisant quelques semaines plus tôt à l'occasion de la
rentrée scolaire une braderie commerciale au même endroit ;

- saler exagérément le plat au sortir de 5 semaines de soldes par un gros zeste d'impôts locaux à
payer en cette période de fin d'année ;

- faire roussir le tout par un profond mépris pour les riverains de la braderie commerciale en les
contraignant à déplacer leurs véhicules tôt le matin et à se garer loin de leurs logements, sans même
prévoir des parkings réservés en centre-ville à leur attention, ni même des entrées offertes au parc
floral en guise de maigre compensation ;

- pour finir, laisser mijoter la cocotte-minute à gros feux jusqu'en 2020 en n'oubliant pas de faire
comme chaque année un bilan chiffré tronqué et biaisé, par communiqué ou conférence de presse,
en s'auto-congratulant de manière éhontée.


Nathalie BASSIRE,
Députée de La Réunion



Nouveau commentaire :
Twitter